En voiture Simon(n)e !

 

 

 

 

 

..

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

Sa première voiture c’est toujours beaucoup d’émotions. Cette pauvre Floflomobile m’aura été d’un grand secours, mais n’aura pas fait très long feu avec moi, non pas parce que je l’ai détruite, car j’ai une conduite tout à fait irréprochable correcte, mais parce qu’elle ne passait pas le contrôle technique. Rendez-vous compte, une Smart considérée polluante! On aura tout vu.
J’ai mis pas mal de temps à écrire cette BD car elle a été assez triste à dessiner pour moi, mettre cette petite tuture toute mimi qui m’avait accompagnée dans mes tribulations en vente pour pièces a été un vrai déchirement. Quand je dessine mes BD, je relis très souvent ce que j’ai écrit pour pouvoir suivre mon récit et créer quelque chose de cohérent; et revoir sans cesse les cases où j’abandonnais ma voiture et celle où elle était désossée étaient dures à regarder. Je voulais vraiment retranscrire cet aspect dramatique en personnifiant ma voiture et en lui faisant subir un sort terrible pour créer le décalage comique: parce que ce n’est qu’un objet après tout. Je pense qu’on s’attache toujours un peu aux voitures car elles sont une continuité de notre personnalité et sont quelque part une représentation de nous sur la route.

Malgré ses considérations un peu tristes, j’étais survoltée à l’idée de m’offrir un nouveau carrosse! Le problème est que je ne veux jamais rien faire comme tout le monde, alors j’ai cherché le modèle qui me correspondait le plus en terme de design et d’originalité, avec un petit peu de performance, et surtout beaucoup de charisme! 😉 La Porsche répondait évidemment à ces critères, mais il a bien fallu abandonner cette idée un petit peu trop fantaisiste. J’avais trouvé le modèle parfait: l’Opel Adam. Une citadine ultra moderne, élégante, un peu tape à l’oeil mais raffinée… la perle rare. Mais l’option de l’acheter neuve était aussi un peu irréaliste… Il fallait donc trouver une occasion correcte au bon rapport km/prix/options/couleur (oui la couleur était un critère ESSENTIEL). Et ce n’est pas dans mon coin rural que j’allais trouver ça. C’est pour ça que nous sommes partis en périple, ma mère et moi, vers la charmante cité d’Arles pour trouver mon nouveau bijou.

Ayant été un peu refroidie par mon achat d’occasion entre particulier, je pensais qu’en passant par une concession j’aurais été plus tranquille. Quelle naïve!!! Je me suis faite roulée dans la farine comme un petit poisson pané! Non seulement le vendeur avait rajouté des choses à la facture: un petit gravage de vitre par-ci, un changement de plaques par là. Mais aussi sur les mensualités: 2 assurances complémentaires que je n’avais pas demandées et dont je n’ai pas été informée. Mais le pire a été de découvrir de nombreux défauts sur la voiture: le phare d’abord. J’ai du me battre pendant plus d’un mois pour qu’il soit changé, quand j’appelais le vendeur ou lui envoyais des mails, il ne répondait tout simplement pas! J’en étais sur le point de lui envoyer une mise en demeure! La plaque d’immatriculation ensuite, qui se décroche d’un côté sur l’autoroute!!! Ce fut une belle frayeur.

Bref, même en voulant les éviter, je ne peux pas m’empêcher d’avoir des galères! J’en ai trop pour un seul blog!

Je vous quitte en musique et en faisant monter les tours de mon nouveau bolide! A bientôt! 🙂

 

Continue Reading

On the road again… ♪♫


blog-bd-graphic-flo-art9

 

blog-bd-graphic-flo-art9

 

blog-bd-graphic-flo-art9

 

blog-bd-graphic-flo-art9

blog-bd-graphic-flo-art9

 

blog-bd-graphic-flo-art9

blog-bd-graphic-flo-art9

 

blog-bd-graphic-flo-art9

blog-bd-graphic-flo-art9

 

blog-bd-graphic-flo-art9blog-bd-graphic-flo-art9

 

 

blog-bd-graphic-flo-art9

 

blog-bd-graphic-flo-art9

blog-bd-graphic-flo-art9

 

blog-bd-graphic-flo-art9

 

blog-bd-graphic-flo-art9

 

blog-bd-graphic-flo-art9 blog-bd-graphic-flo-art9

 

blog-bd-graphic-flo-art9blog-bd-graphic-flo-art9blog-bd-graphic-flo-art9

blog-bd-graphic-flo-art9

 

blog-bd-graphic-flo-art9

 

blog-bd-graphic-flo-art9

 

blog-bd-graphic-flo-art9blog-bd-graphic-flo-art9

 

blog-bd-graphic-flo-art9 blog-bd-graphic-flo-art9blog-bd-graphic-flo-art9

 

blog-bd-graphic-flo-art9

 

blog-bd-graphic-flo-art9

 

blog-bd-graphic-flo-art9

 

blog-bd-graphic-flo-art9

 

blog-bd-graphic-flo-art9 blog-bd-graphic-flo-art9

 

blog-bd-graphic-flo-art9 blog-bd-graphic-flo-art9

 

blog-bd-graphic-flo-art9

blog-bd-graphic-flo-art9

 

blog-bd-graphic-flo-art9 blog-bd-graphic-flo-art9 blog-bd-graphic-flo-art9 blog-bd-graphic-flo-art9 blog-bd-graphic-flo-art9 blog-bd-graphic-flo-art9

blog-bd-graphic-flo-art9

 

 

blog-bd-graphic-flo-art9 blog-bd-graphic-flo-art9 blog-bd-graphic-flo-art9

 

 blog-bd-graphic-flo-art9 blog-bd-graphic-flo-art9 blog-bd-graphic-flo-art9 blog-bd-graphic-flo-art9 blog-bd-graphic-flo-art9

 

 

blog-bd-graphic-flo-art9blog-bd-graphic-flo-art9

 

 

 

blog-bd-graphic-flo-art9 blog-bd-graphic-flo-art9 blog-bd-graphic-flo-art9 blog-bd-graphic-flo-art9 blog-bd-graphic-flo-art9blog-bd-graphic-flo-art9

 

blog-bd-graphic-flo-art9

 

blog-bd-graphic-flo-art9 blog-bd-graphic-flo-art9

 

blog-bd-graphic-flo-art9 blog-bd-graphic-flo-art9

 

blog-bd-graphic-flo-art9

 

 

blog-bd-graphic-flo-art9

 

blog-bd-graphic-flo-art9

 

 blog-bd-graphic-flo-art9

 

blog-bd-graphic-flo-art9

blog-bd-graphic-flo-art9

 

  blog-bd-graphic-flo-art9

 blog-bd-graphic-flo-art9 blog-bd-graphic-flo-art9

 

 blog-bd-graphic-flo-art9

blog-bd-graphic-flo-art9

 

Et me revoilà sur la route… Je ne suis pas une baroudeuse dans l’âme et pourtant je me retrouve à changer 3 fois de département en moins d’un an… Si avec ça, le marché de l’emploi ne me trouve pas « mobile » je ne sais plus quoi faire.

Je me rends compte que cette quête du C.D.I n’est pas vraiment une fin en soi puisque même en en signant un, la précarité est toujours présente: des patrons complètement à côté de la plaque sur la gestion de leur entreprise et de leurs salariés, des conditions de travail déplorables pour un pays développé et où tant de choses sont mises en place pour protéger la dignité et l’intégrité des travailleurs… Et pourtant on continue de faire fi  de ces lois et mesures puisque le marché du travail est si compliqué et si anxiogène qu’on préfère faire le dos rond plutôt que d’émettre la moindre objection.

J’ai donc encore une fois trouvé une entreprise où la conception du code du travail (voir de la loi tout court) était des plus hasardeuses… Que ce soit en terme d’infrastructure ou même de décisions sanitaires…
C’est difficile de travailler dans une entreprise dans laquelle on est d’accord avec rien, mais où on le doit malgré tout parce qu’on a un loyer, de la nourriture (et un canapé…) à payer. On a l’impression de se trahir soi-même…

Heureusement (ou pas… La prochaine BD nous le dira 😉  ) j’ai pu quitté ce cauchemar (non sans laisser des plumes auprès d’agents immobiliers peu compréhensifs) pour atterrir dans un tout nouveau domaine d’activité! Fini les cosmétiques! Bonjour l’alimentaire!

Résultat de recherche d'images pour "donkey on the road again"

Continue Reading

C’est TON destin !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Hé me voilà dans une nouvelle ville avec un nouveau travail… Encore… Je peux vous dire que la prochaine fois que mon conseiller Pôle Emploi estime que je ne suis pas « mobile », il va pas être déçu du voyage. (Ok j’ai pas traversé l’Atlantique non plus mais bon… Don’t judge.)

On peut dire que le destin me joue encore de sacré tours, et semble bien s’amuser avec ma petite personne. C’est sûr, il doit s’ennuyer avec ceux qui ont la gloire et la fortune, alors qu’avec quelqu’un comme moi, ce doit être incroyablement divertissant! Quel facétieux farceur alors! Après Cahors, me voici donc à Revel, charmante bourgade de Haute-Garonne située à la frontière du Tarn et de l’Aude.  Je passe de 20.000 à 10.000 habitants… Et encore les 10.000 ils doivent être là en été… Si je continue comme ça, d’ici 3 ans je devrais travailler dans un village de 100 personnes…

Cela fait maintenant un peu plus de 2 mois que je suis à ce nouveau poste, et je peux vous dire que moi non plus je ne suis pas déçue du voyage… (Ironie quand tu nous tiens…) Mais cela sera le thème du prochain épisode! 😉

A la prochaine!

Continue Reading

Nouveau travail pour une nouvelle vie

01

 

 

02

03 04
05

 

 


06

 

 

 

 

07

 

 

 

 

08

 

 

 

 

09

 

 

 

10

 

 

 


11

 

 

12

13

 

14

 

Et me voilà aujourd’hui dans ma nouvelle vie de graphiste au milieu du Lot.
Et finalement, malgré ça, toujours pas de licornes, de château et de Porsche (911 Cabriolet S.V.P)

Emménager dans un appartement meublé dans une ville qu’on ne connaît pas réserve des surprises: déjà des voisins de l’immeuble d’en face un peu curieux (premier truc fait: acheter des rideaux, si on peut plus se gratter le nez sans être observé, merci bien), ensuite un bruit assourdissant (j’ai l’impression de vivre sur les Champs Elysées tellement il y’a de passage… mais c’est pas les mêmes boutiques en bas…), et enfin des meubles achetés au  rabais dans le rayon « pour locataire, ça lui suffira bien ».
Du coup, je suis une Mac Gyver des temps modernes puisque grâce à mon couteau à pain j’ai pu scier des lattes à la bonne dimension pour remplacer celles en cartons du lit!

Parce qu’évidemment, dès que je dois faire un truc simple de la vie de tous les jours, cela se transforme toujours en une aventure incroyable! Ca promet donc encore quelques rebondissements!

A bientôt!

 

Continue Reading

15 Minutes de Gloire – PARTIE 2

01 02 03 04 05 06 07 08 09 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20

 

 

Comme promis, voilà la suite de mes aventures télévisuelles, qui ont tardé à arriver, je vous le concède, mais en même temps quel suspens! Digne d’un épisode de Game of Thrones, non? (Bon ok… je me calme.)

Vous retrouverez le reportage complet en question ici: http://www.francetvinfo.fr/replay-magazine/france-2/l-angle-eco/l-angle-eco-du-mardi-31-mai-2016_1466235.html

Au delà de mon apparition, fort remarquée et qui illumine tout le documentaire, bien sûr, le reste des témoignages sont très intéressants et dépeignent vraiment la situation dans laquelle vivent les jeunes aujourd’hui.

Je ne vous en dis pas plus, et je vous raconterai sûrement plus de bêtises dans mon prochain article puisque j’ai commencé mon nouveau travail et ma nouvelle vie dans une nouvelle ville! Et évidemment, il m’est arrivé des trucs improbables…

Tout ça au prochain épisode! 😉

Continue Reading

Les entretiens d’embauche…

01
02 03 04 05 06 07 08 09 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19

 

 

 

 

 

20

 

 

 

 

 

 

 

21

 

22

 

Durant ma longue période de chômage (mais aussi pendant que je faisais de la distribution publicitaire) j’ai continué à chercher et à postuler pour des postes de graphiste. Parfois les compétences demandées pour le poste étaient vraiment à s’arracher les cheveux. Au delà des employeurs qui cherchaient des personnes graphiste/motion designer/architecte/développeur web/secrétaire, il y avait des demandes plus incongrues comme graphiste/réparateur de vélo (véridique) ou insomniaque (ultra véridique). Pour cette dernière offre je leur ai d’ailleurs envoyé cette BD/infographie: http://www.florencesimonne.fr/code-du-travail/  mais ils n’ont apparemment pas autant d’humour qu’ils le prétendent.

En tant que graphiste, et d’autant plus en tant que jeune, il faut vraiment se battre pour avoir un poste décent, où les règles rudimentaires du code du travail sont respectées. Lors de mes entretiens, je m’appliquais à poser les questions qui fâchent, et cela me donnait déjà un bon aperçu de ce que serait la vie dans cette entreprise. Lorsqu’on passe un entretien, ce n’est pas parce qu’on a la dalle, que l’on doit tout accepter. L’entretien va dans les deux sens, en tant que candidat on doit tester et savoir si un employeur sera correct ou juste un esclavagiste. Et j’ai croisé plus de personnes dans la deuxième catégorie que dans la première, malheureusement.

Fort heureusement, après 2 grosses années de galère, un entretien a enfin abouti, pour un bon poste, et je ne peux que m’en réjouir. Cela clôt donc la première partie de mes (més-)aventures en terme de recherche d’emploi et d’emplois merdiques alimentaires. (enfin, il faut pas être trop gourmand parce qu’avec ce qu’on gagne…)

Ainsi, une page se tourne, et je pense qu’il risque de m’arriver pas mal de choses dans cette nouvelle aventure du premier VRAI emploi en tant que graphiste. En attendant, je prépare un « spin-off » (ouais c’est trop tendance de faire des prequels, des suites et des spin-off) sur quelque chose de complètement dingue (enfin pour quelqu’un d’ordinaire comme moi) qui m’est arrivé, et qui s’est étalé sur plus d’un mois. (Un indice: ça a un lien avec des caméras… Mystèèèèèère) Mais vous en saurez plus bientôt. A très vite les amis! 🙂

Continue Reading

Work work work…

Petit boulot (de merde)

Petit boulot (de merde) Petit boulot (de merde) Petit boulot (de merde) Petit boulot (de merde) 06 07 08 09 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20

 

Qui n’a jamais eu un patron un peu bizarre, avec des petites manies, et qui parfois avait l’oeil qui trainait?

Mais là, je pense avoir eu le pompon de la pomponette avec celui là! J’aurais du me douter que ça n’allait pas le faire quand il m’a dit dès le premier jour « j’aurais besoin d’un RIB… A moins que vous préféreriez travailler bénévolement »… Haha…. Ha…. NON. -_-

Et franchement concernant les t-shirts, j’ai halluciné quand il a voulu me donner un t-shirt M et que j’ai du insisté pour du L, tellement c’était uber-moulant! Alors que dans la distribution publicitaire pour le même t-shirt d’entreprise, c’était super large. Je le soupçonne vraiment d’avoir changer les étiquettes et de m’avoir donner du S… (Non, j’assume ma taille de vêtement, promis!)

Malgré tout, j’étais déçue d’être virée, je venais de maîtriser la mousse de lait avec le percolateur professionnel!!!! Il faut dire qu’en étant « formée » à l’arrache par quelqu’un qui est là depuis 2 semaines, c’est compliqué de maîtriser le métier. D’autant plus que je faisais ça en même temps que la distribution pub, donc je sortais de distrib’ pour aller servir des cafés, donc je n’étais plus aussi fraîche que le jour de l’entretien.

Mais bon, ça a au moins eu l’intérêt de pouvoir raconter une histoire improbable! 😉 Et vous? Racontez moi vos histoires de patrons chelous! J’adorerais les lire!

Bisous bisous! <3

Continue Reading